Varie_vacanze_100Noiraigue le 17 septembre 2009 - 15h00 - C'était plutôt une bonne nouvelle, l'orage qui cassait tout depuis  la veille avait cessé. Les jeunes italiens  barricadés dans la ferme du Soliat  regardaient maintenant, hébétés, leur mini-bus  criblé   d' objets de toutes sortes, projetés par les quatre tornades de la nuit. Le bétail était encore dispersé sur tout le plateau  et on rechercherait longtemps les vaches précipitées dans le Creux du Van. Moi j'étais resté sous les racines avec les bouquetins car les sangliers n'avaient pas voulu de moi. J'ignorais si quelqu'un m'attendait toujours en bas, mais j'avais décidé de dire la vérité : j'avais rencontré Bohringer et on avait causé. Voilà.