14 mai 2009

Rue de Metz

Toulouse le 25 mars 2009 – 08h00 – Le thermomètre de la pharmacie annonce 4° C. Tout à l’heure, il a fallu  traverser sous le gel des Garonnes embrumées. Je conduis quelqu’un de  très cher à la "Polyclinique du Parc"  ; c’est toujours mieux que la "Coliclinique du Cul",  mais l’effet est le même. Heureusement, peu après, sortiront au soleil les belles Toulousaines, dont parfois le petit nez pointu rappelle qu’une légère transpiration entre les seins est un cadeau rare à déguster vers 11 heures,... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2009

Route E27

Le 15 mars 2009 – 16h00 - Près de Fribourg, nous avons  roulé dans la neige un évêque catholique  et il en riait comme un bossu germanophone.
Posté par Flivorello à 01:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2009

Corso Dante Aligheri

Alassio le 14 mars 2009 – 11h05 -  Les cactées sont encore là  le lendemain, c’est rassurant. Les rues, en revanche, sont hantées  de fantômes anglais qu’on aimerait inculper pour l’ignoble muretto, mais ils n’y sont peut-être pour rien et puis les fantômes , surtout les anglais, craignent le soleil tirreneo  et sont rapidement évaporés. Nous avons découvert le pesto rouge et les acciughe rouges. Nos propos sont graves et gais et nos gestes joyeux. Je lis « Misère du nietcheisme de  gauche », je crois ... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 22:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 mai 2009

Via Aurelia

Alassio le 13 mars 2009 – 23h00 -  Nous n’avons pas pu prendre avec nous  notre aubergiste du Léman. Dommage, on aurait ri ensemble des cactus phalliques et de la soirée dansante du Cinema Paradiso où défèquent gaîment  paysans ligures et  japonais surpris par le son de l’accordéon. Cette Italie , pourtant, ne sent pas si mauvais, plutôt une odeur entre Graham Greene et Somerset Maugham. Loger dans un cinéma désuet est une expérience. On nous a avertis à notre arrivée qu’il était interdit de toucher à la poussière... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2009

Rue du grand Central

Charleroi le 8 mars 2009 – 9h30 -  Avant même que Marcinelle ne s’éteigne, Charleroi semblait annoncer la fin de l’Histoire, maintenant cela sent davantage la soutane pisseuse de la monarchie que les lendemains qui chantent ; rares vestiges du passé les « Mutuelles Socialistes » surnagent encore au-dessus des toits. Plus près du sol, on voyage entre les pide turques et les friteries hallal (les moules hallal sont égorgées tournées vers La Mecque). Est-ce que tout le monde boit ou casse des vitres ?  Non, il y a ce couple à... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 11:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 mars 2009

Allée des Iris

Yverdon le 25 février – 16h00 – Le bout du lac d’Yverdon cache ses secrets honteux. Les chrétiens s’en signent, les canards et les cygnes s’en foutent. On sent la torpeur d’un  rosaire, bien loin, après la messe de quarantaine. On pense à cette bulle que le catholicisme  a su créer avec son eschatologie adossée à Platon et Aristote, mais ouverte sur l’Histoire par la captation de Rome. Tout juste si la Renaissance et Garibaldi  ont un peu égratigné ce marbre noirci : il faudrait chasser  cette secte d’Italie comme... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 16:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2009

Métro Gambetta

Paris le 19 février 2009 – 14h12 - Le rouge-à-lèvres-très-beau   et le sang  qui l’accompagne, certainement, mais aussi le soleil noir qui fait reluire le marbre des tombes sous un  ciel blanc comme un linceul en pur rhodia, comme on en tissait pour les « Ciseaux d’argent »  à la mort de Colette. Tout ce noir veiné brille, sauf la stèle de Colette dont la rose écarlate diffuse un parfum de  boudoir et de poudre de riz. Plus personne n’entretient le sépulcre de Roederer et je trouve çà un peu triste,... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 21:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 février 2009

Rue des Fossés Saint-Jacques

Paris  le 3 février 2009 - 15h30 – Et même si c’était vrai, même s’il  fallait s’accrocher à la référence, même si lever un coin du voile suffisait, même si Pierre Legendre était moins réac que Marcel Gauchet, même si je n’en voulais pas à Duvignaud  de m’avoir piqué une lycéenne, même si je devais vivre encore un peu... j’aurais besoin de ces moments-là, des moments de flan et de tarte aux fraises, de gestes esquissés et de sauts devant la glace (Roger Rabbit ?) .
Posté par Flivorello à 09:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2009

Rue Saint-Médard

Paris le 11 janvier 2009 – 8h50 -  Parfois, début juin, les alevins trop nombreux sont piégés par la Loire qui se retire rapidement des prairies noyées par la crue ; chaque trou devient alors un microcosme halieutique où l’épinoche côtoie la lamproie et tous les poissons blancs. Evidemment, les poissons divorcés ou sans papiers sont les premières victimes des épuisettes à mailles fines : on peut ensuite observer leurs sépultures aux surgelés Picard de la rue Saint-Médard, près de la Sécurité Sociale  où des employées... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 00:08 - Commentaires [7] - Permalien [#]
02 février 2009

Basilique Saint-Just

Valcabrère le  24 décembre 2008 – 11 h 08 – Le cimetière ne sait pas encore que la vague de froid approche, il dégèle donc tranquillement au soleil. Allongé sur la tombe de la comtesse espagnole, je suce  son épigraphie en me demandant si  je ne transgresse pas un peu. Des odeurs  chaudes d’humus, de mousse et de lierre, attirent en pleine lumière un rouge-gorge ; il attend, tout près de mon nez, le départ d’une mésange agressive : lui aussi a entendu une  capsule éclater, une plante, trompée par le soleil,... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]