22 octobre 2006

Autoroute A11.

Pruillé-le-Chétif - Le 21 octobre 2006 - 12h50 - Je ne sais si Kaija Saariaho avait prévu des tons orange (comme le sommet des arbres) pour Adriana Mater et je n'ai pas encore écouté cette oeuvre, mais je suis sûr (aussi sûr qu'Eric Satie dans ses convictions successives), qu'elle m'accompagnera dans mon deuxième roman. Si je finis le premier.
Posté par Flivorello à 08:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 octobre 2006

Métro Cardinal-Lemoine (fermé)

Paris le 8 octobre 2006 – 0h45.- Abzinth en collants et ballerines, très souple ; elle sait faire en se contorsionnant (mais avec élégance), toutes les lettres de l'alphabet. Avec une méthode de chez Gibert Joseph et quelques bières ( l'épicerie corse était fermée elle n'a pas eu ses bières de châtaigne) elle pourrait avec son corps mimer quelques problèmes algébriques simples. Les mimer, mais pas forcément les résoudre, parce qu'avec le corps on ne fait pas ce que l'on veut. Elle y... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 21:18 - Commentaires [5] - Permalien [#]
13 octobre 2006

Rue de Bercy

Paris le 6 octobre 2006.-04h10. Au Mercure, ça ne sent rien ; pas comme au Formule 1 de Montreuil où les gars de la CGT envoient dormir les dissidents. Mais ici même avec des bouchons d'oreilles tu entends chuinter l'ascenseur toute la nuit, au rythme des touristes qui reviennent du by night. J'étais nul. Le serveur pakistanais avait raison de me haïr. J'ai eu le dernier métro, mais je suis nul. Normalement j'aurais du bander immédiatement quand tu m'as fais goûter à la figue... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 23:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2006

Place de l'Odéon

Paris le 5 octobre 2006.- Vu d'ici, le passé a une drôle de tête. Pendant que Jospin s'exerce maladroitement à sucer de grosses bites, Frédéric vend sans sourire des autographes de Talleyrand-Périgord. Les marges  douloureuses d'un de tes cahiers de seconde exposées ici comme un passé très lointain, dans un avenir qui l'est moins (parlé-je de douleur ou de distance ?). Ou bien la photo de la balançoire que tu m'auras dédicacée au dos et que mes héritiers auront retrouvée et vendue ; j'aime voir le... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2006

Place du Ralliement

Angers le 4 octobre 2006 - Opera. Je recherche sur Wikipedia et il n'y a que "L'Opera des geeks" (joli titre d'ailleurs). Lui, Samaël, rayonne depuis le premier balcon ; il y a peu de chances qu'il sache comme toi prononcer Celibidache correctement, mais ses cornes frémissent et sa longue queue noire et pointue balaie de contentement les fauteuils de derrière. D'où vient sa ressemblance avec Picasso le lendemain du jour où il fit à Françoise Gillot son... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 20:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 octobre 2006

Carrefour des Gobelins

Paris le 30 septembre 2006 – 13h00. Il fallait bien que l'étoile eût cinq branches. Les CRS nous cherchaient ( ou bien les sans papiers, avions-nous les nôtres ?) . Les pompiers nous guettaient, mais ils sont entrés dans un immeuble où nous n'étions pas et ont capturé quelqu'un d'autre. Quelques ménagères pauvres venues du futur vendaient tristement des machines à coudre Singer volées dans les seuls musées de demain encore autorisés, ceux du patrimoine et de l'art sacré. J'avais... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 16:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2006

La Daguenière

La pluie n'est faite que de larmes qu'on a oublié de saler, et je sais maintenant qu'il fallait que Roxana Antonescu ne vienne pas au rendez-vous ce jour là à Beaubourg pour que Botticellina me voie pleurer, de sorte que je fusse contraint de revenir à Pompidou, sans les cornes mongoles, pour effacer l'absence au ketchup californien. Le hasard a validé l'expérience, puisqu'en descendant d'un étage, j'ai retrouvé Marx Ernst, le sergent José Corti pataugeant dans la boue et le regard un... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 13:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 août 2006

Chez moi

Dans mon bureau - 15h50 - J'étais gaiement en train de rédiger la nécro d'un copain et de prendre des rendez-vous médicaux  pour moi, quand j'ai appris la nouvelle ici http://alexandre.typepad.com/alexandre/2006/08/emma.html. Amen. Je ne vous encule pas ; surtout les salopes et les abrutis  qui  n'ont même pas essayé.
Posté par Flivorello à 16:53 - Commentaires [5] - Permalien [#]
31 août 2006

Rue Henri-Barbusse.

Clichy le 29 août 2006 – 20h10 – Bar PMU - Un bar avec du raï et deux hôtesses potelées, il est un peu tôt pour les clients, plus loin Equidia est en plein boom, c'est du trot monté. La clientèle de rebeus avec un petit vietnamien et un céfran (deux avec moi). Une communauté provisoire qui accepte volontiers et met le désir entre parenthèses. J'aurais bien joué le 4 comme le patron, mais je ne sais même pas comment on fait et je ne saisis guère plus de la moitié de la langue... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 10:41 - Commentaires [4] - Permalien [#]
30 août 2006

Rue Charlot

Paris le 29 août 2006 – 11h00 - Sa voix passe de la colère naissante à l'inquiétude qui galope, ses mots viennent du fond de la gorge, avec difficulté ; elle les pousse pourtant, avec autorité, mais ils lui résistent et font mal. Je ne me sens pas coupable : les dieux (et les déesses) sont parfois mis à l'épreuve. Ma piété est intacte, cependant, et dès vêpres je m'en vais à Odéon tenter de convertir Jim Hurricane. Mais Jim semble faire partie des sceptiques et il explique tout, même la foi. Sa... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 22:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]