04 avril 2008

Cours de Verdun

Dax le mardi 11 mars-16h30 -   La population des commerçantes du centre ville diminue et la statistique est corrélée  avec celle de la popularité locale de  Valérie Pécresse. De temps à autre, l'une d'entre elles est assassinée par  son employée, mais cela n'avait jamais pris de telles proportions. Je vis un curieux moment, presque confortable : invité du carré V.I.P., mais quasi-exclu des cercles opérationnels, j'assiste à l'hommage mortuaire de quelqu'un de vivant. Abdou, pour se punir de n'être pas un si... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 18:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2008

Clichy-La Garenne

Clichy-La Garenne - Le  7 mars 2007  - 10h15. -  A la Barrière de Clichy , les cuivres extérieurs  sont ternes et quelques lettres guingoisent  ; on y honore Bernard Loiseau avec une plaque d'huissier de justice... (j'aimais bien ses recettes dans "la Pêche et les Poissons" !). Le décor  rappelle les déodorants  antitranspiration qu'on vend dans les  réunions Tupper du Rotary. Cela sent le malaise vagal et les gaz d'échappement. Et pourquoi ne pas préférer l'érotisme discret mais... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 22:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 mars 2008

TGV Le Mans-Paris

La Ferté  ou pas loin le 7 mars 2007 - 9h12.  Une cicatrice à quelques millimètres de  la commissure des lèvres rappelle ce stupide accident de plongée où, lors d'une partie  de chasse, Jacky l'avait transpercé à bout portant ( quel con ce  Jacky !). Il me semble que son smartphone de commerçant d'accastillage  et sa chemise rayée  ont été  achetés par la même personne ( maman  ?) . Les épouses achètent  peut-être des smartphones  pour la fête des  pères, après tout !... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 21:28 - Commentaires [3] - Permalien [#]
01 mars 2008

Métro Saint-Cyprien

Toulouse le 28 février 2008 - 18h30 -Midinette ? Certes non ! Elle peut s’enflammer comme du papier crépon  ( existe t’il toujours du papier crépon ?), mais toutes ses larmes restent des larmes de rage qui coulent bien noires jusqu’à son rouge à lèvres très très beau où elles forment une dilution flaqueuse. C’est ce rouge qu’à grands coups de couteau le soleil  étale au dessus de la Garonne, en couches bien distinctes, avec juste le cuivre qui coule entre les seins. C’est l’heure où les  gueux commencent à se battre... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 08:27 - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 février 2008

Rue Reclusane

Toulouse le 26 février 2008 - 18h35 - Passé le barrage de  négresses  rondes et brillantes comme des théières, le trottoir est encombré d’un clic-clac à demi déplié qu’une grande jeune fille triste franchit en me dépassant, énervée. Il  me  semble que Toulouse  est jumelée avec Decazeville et que l’UIMM  s’est déjà résignée au déclin d’Airbus. Les commerçants specialisés dans le racket des pauvres ont pignon sur rue, à côté  des commerces bobos  ; l’électorat de Besancenot  fixe  les... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2008

Rue Desportes

Angers le 13 février -  15h48 -   Je croyais  que trouver un vers de Desportes  allait être malaisé : pas du tout  ! Ce type est drôle comme un militaire chamarré de scansions et de rubans, de  métrique et  de médailles  ; il annonçait même les orateurs  célèbres de la troisième  république, les sous-préfets  pagnolesques et la fête de Saint Fainéant à La Napoule. Tenez, ceci : "Elle a pour chaque rame une longue pensée". On  y sent  de la concupiscence... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 21:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2008

Rue du Colombier

Angers le 2 février 2008 - 6h34 - J'en ai marre des héros, des saints et des escrocs.   Là, je suis dans le bus de 06h14, il y a de la gelée blanche. Je ne suis rien,  juste un vieux type qui  a parfois du mal à rêver, un petit-fils de mercière qui vendait de l'élastique au mètre  ( pour les culottes qu'on ravaudait). Aujourd'hui  je côtoie  des prolotes qui vont faire des ménages. On est entre nous mais on ne se parle pas.  A cette heure ci ou un peu plus tard, dans la semaine, les ... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 21:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2008

Centre commercial

Saint-Nazaire le 1° février 2008 - 9h25 - So far...Ceux-ci  ne sont même pas buralistes, mais le café est "interdit aux casquettes et aux bandanas" ; ils s'efforcent quand même d'être polis  avec des quinquagénaires blancs et bien mis. Pourtant , même là, le coeur n'y est pas. "Quatre clients  de cette  sorte  à 9h15, c'est louche ! Et puis on ne les a jamais vus dans le quartier ! Contrôleurs de l'URSSAF, peut-être ?  Pas causants, en tous cas..." Dehors, les mouettes crient ... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 janvier 2008

Rue des Chaffauds

Angers le 24 janvier 2008 - 09h10 - L’éloquence de l’abstraction  m’a surpris. Je partageais plutôt là-dessus le  point de vue de Benjamin Péret ( « certes ! Mais à quoi bon ? »  en quelque sorte) et le concept d’abstraction lyrique  ne m’avait pas convaincu  ( pas plus que celui de cheval-vapeur, voyez…) . Mais au lendemain  de la dernière représentation du  «Monde de la Lune» de Joseph Haydn les toiles de Christophe Altayrac  me reviennent en mémoire. Ces huiles  sont d’une profondeur... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 21:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 janvier 2008

Station Saouzelong

Métro de Toulouse le 4 janvier 2008 - 17h30 -  Mira et Mara ont trente ans,  sont  nées jumelles et ça continue : jusque là tout est normal. Toutes deux se soignent à l'homéopathie, c'est normal aussi : elles sont jumelles.  Que Bruno, l'épicier  près de la pharmacie, se fasse appeler Amin  et tout va bien encore !   De même lorsque  Mira et Mara roulent en boule  de tête et de bêche vers le vieil homme  qui leur permet de continuer à s'aimer en dépit de leur mère, de toutes les... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]