Guéret le 15 août 2012.- 23h45.- D.A.F. de Sade m’accompagne avec son Journal de Charenton dans cette villa que je ne peux nommer  sans  citer Sodome donc faire baisser les prix, or il est très difficile de vendre une propriété à Guéret, alors autant cacher le fouet qu’a laissé dans son placard Mlle Quenet. Sade c’est mal, je sais, et Montand c’est bien. C’est ce qu’on apprendra sans doute dans les cours de morale laïque de M. Peillon. Mais Sade  n’eût aimé ni Peillon, ni l’athéologie  ni les maîtresses de DSK (rétribuées ou non, qu’importe ?). D’ailleurs, que je sache, M. Peillon n’a pas fait jouer de théâtre lors de son passage à Charenton. Et les jeunes filles qu'amenait Mlle Quenet  venaient avec leur maman : c'est important, la famille.