Oslo  le 13 août 2011 – 17h – Le jeune homme recommence son solo de batterie sur le port. Des petites filles voilées qui gazouillent le bengali escaladent en riant la statue massive d’une femme nue. Les milliers de roses déposées autour du Dom Kirche  sont fanées et dégagent un parfum triste de foin moisi.Tout à l’heure à la conférence, un évadé de Davos déguisé en Pierre Bellemare  débitait des sophismes : le massacre d’ Utoya lui inspirait, bien sûr, des sentences définitives. Il fait plus chaud qu’à Edimbourg. Je ne blogue presque plus.