Nyoiseau le 9 mai 2010 – 18h00 – Je me suis encore trompé et les corbeaux qui ont, eux, passé les épreuves de sélection, tournoient, moqueurs au-dessus des ferrailles rouillées d’un chevalement. Ce paysage est fantastique et ni les mécènes ni les élus locaux n’arrivent à le rendre obscène. Je rêve d’un monde où l’on pourrait de nouveau casser des bouteilles de bière contre les poutrelles et sortir pour vomir avec élégance dans les orties, pendant que les riffs hallucinés du bassiste fou lui font oublier qu’il a mal aux doigts. D’un monde où ces beaux jeunes gens continueraient à créer des valeurs d’usage comme des entrecôtes...