Neuilly-sur Seine le  22 octobre 2008 – 00h30 .-  L’automne tiède se coule entre deux cliniques ; et moi je me love  entre deux amours (vous avez dit « clinique » ?) . J’ai retrouvé ma peau de Renard et je rôde  dans la nuit, décontenancé par le manque de poubelles à fouiller. Je me sens rural et envahissant. Les renards  sont  des   animaux périurbains symbiotiques, comme les lièvres, les corbeaux et les camemberts. Le portillon ne veut pas obéir à Zelinda, sans doute du fait des rats qui ricanent  en leurs terriers. Le rat de terrier des beaux quartiers se nourrit de pâte Steradent dont l’effet secondaire est le rictus tractus (comme chez les Bidochon, oui). Neuilly est infesté de rats :  on s’en fout, nos crocs sont plus longs que les leurs, mais ça nous fait même pas mal quand on  s’embrasse !