23 juillet 2006

Vallée d'Ossau

Eglise de Beost - Le 20 juillet 2006 - 22h00 - Le bouffon de Compostelle reluque la palombe grasse qui domine le retable et essaie d'armer son javelot, mais s'emmèle une fois de plus les pieds dans  ses santiags. Il est jaloux des couleurs du retable et on raconte que c'est pour cela qu'il aurait massacré douze de ses pélerins dont les crânes ont été découverts dans le clocher. Ce soir, il trépigne de rage  car  la carte chromatique s'est étendue jusqu'au vermillon de la robe de Marie Gaillard et  aux nuances ... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 09:27 - Commentaires [5] - Permalien [#]

13 juillet 2006

Rue Santeuil

Nantes le 11 juillet 2006 – 14h00 - Nantes comme un adieu ; il n'en est rien, mais j'ai peur :  les effets des anniversaires... ceci dit elle m'a avoué qu'elle m'aimerait jusqu'à 91 ans puis qu'elle me quitterait pour un autre. Tu n'y peux rien, mon garçon, tu es face à un hybride de Marie Bonaparte et d'Audrey Hepburn. Vive le clônage évidemment ! Lumineuse, oui, mais dans les tons ultraviolets, le chutney encore et le sang du canard qui gicle sous ses dents . Un jour je lui arracherai un morceau... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 00:34 - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 juillet 2006

Parc de Bercy

Paris le 10 juillet 2006 – 14h00 - Dans mon sac de pique-nique , il y avait du poulet au chutney, dans celui de Zelinda une jolie bouteille rouge du saumon rose et un cadeau de papier d'Arménie pour une momie amie. Les oiseaux des arbres faisaient des bruits obscènes en essayant d'imiter le cri du pouce-bite, mais bah, les oiseaux étaient amoureux et on connaît la propension des pouces à forcer le destin. L'herbe était d'un vert très doux et nous n'avons pas puni les oiseaux . Près du bassin, Zelinda a même aidé la... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 22:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 juillet 2006

Cour Saint Emilion

Paris le 10 juillet 2006 – 13h00- Tuer sa mère c'est l'évidence ( hop, enveloppée). Tuer son père, Jeliza-Rose ( génial prénom) ne s'en aperçoit même pas. D'ailleurs quand ils sont morts on se rend compte qu'à part être là, ils n'ont pas fait grand chose ou ont tout raté. Alors on se tourne vers la fratrie, les dégâts collatéraux, les grands-parents et les armes de destruction massive. Mais c'est encore pire , ce sont des bouteilles d'inceste à moitié vides, des incendies, des cicatrices.... [Lire la suite]
Posté par Flivorello à 23:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]