Angers le 11 mars 2006- 12h30. - Une milleuriste de plus, elle a fait deux années de lettres, elle a le duel, on en meurt parfois, elle a trouvé  ce boulot à mille balles ; épuisée, elle n'a pas le temps de rechercher mon manteau  dans ce pressing discount où elle est seule. Je lui vote un sourire qu'elle  me rend un peu chiffonné. En rentrant je finis mon Druon et je lis  l'avant dernière phrase : " La  Mère de dieu comme de Druon s'avança d'un dernier pas, s'ouvrit vers le bas et offrit au dernier de ses fils, sa somptueuse cougne virginale, maternelle, cosmique, théogonique, chrétienne et universelle, pour son baiser de mort et de résurrection. Alors, la petite âme bergeronnette put s'envoler au Ciel en murmurant : Mère, pourquoi t'avais-je abandonnée ? Ajoutant : J'ai encore soif - et puis : Tout est consommé, tout va recommencer." Et là, j'ai pensé très fort à Cécile. Avec  beaucoup d'affection.